Les questions importantes

Avez-vous au moins 18 ans ?

L’âge minimal pour être éligible pour une chirurgie réfractive au laser est de 18 ans.

 

Est-ce que votre vision est stable depuis au moins 1 an ?

Si votre prescription de lunettes ou de lentilles cornéennes a changé de plus de 0.75 dioptrie dans la dernière année, il est préférable d’attendre une stabilisation de votre vision avant de vous faire opérer. La chirurgie laser ne met pas un terme à l’évolution naturelle de la vision.

Il est probable que votre vision soit instable si :

  • Vous êtes dans le début de la vingtaine ou plus jeune
  • Vous êtes enceinte ou allaitez
  • Vous souffrez d’une fluctuation hormonale causée par une maladie telle que le diabète
  • Vous prenez des médicaments qui affectent la vision tels que des corticostéroïdes ou des antidépresseurs

 

Êtes-vous enceinte ou en période d’allaitement ?

Les hormones produites pendant la grossesse ou l’allaitement peuvent induire une instabilité de la vision ou un assèchement des yeux. Il est recommandé d’attendre une période d’environ 3 mois, après la grossesse ou la fin de l’allaitement, avant de procéder à la chirurgie. Informez votre ophtalmologiste si vous planifiez une grossesse dans les six mois suivant votre chirurgie laser.

 

Souffrez-vous de diabète ?

Un diabète mal contrôlé ou instable peut entraîner une fluctuation de la vision qui rend difficile l’atteinte d’une correction adéquate. De plus, cette condition peut affecter la récupération postopératoire par un ralentissement du processus de guérison des plaies.

 

Souffrez-vous d’une maladie ou prenez-vous des médicaments qui peuvent affecter la guérison ?

La guérison de la cornée après une chirurgie au laser peut être affectée par certaines conditions telles que les maladies auto-immunes (lupus, arthrite rhumatoïde), l’immunosuppression (SIDA, thérapies ou médications contre le rejet de greffe) et les maladies vasculaires (diabète). Des retards de guérison peuvent aussi être observés lors de la prise de certains médicaments (cortisone, acide rétinoïque).

 

Souffrez-vous d’une maladie oculaire ?

Certaines maladies oculaires (héréditaires ou acquises avec l’âge) peuvent être considérées comme une contre-indication à la chirurgie au laser pour différentes raisons :

  • Parce qu’elles provoquent une détérioration progressive de la qualité de la vision qui ne peut être corrigée par des lunettes (exemple : cataracte, kératocône);
  • Parce qu’elles nécessitent l’usage de gouttes médicamenteuses ou une intervention chirurgicale éventuelle (exemple : glaucome);
  • Parce qu’elles peuvent se réactiver suite à la chirurgie (exemple : infection de la cornée par le virus herpès simplex ou herpès zoster)
  • Parce qu’elles peuvent empirer suite à la chirurgie (exemple : dystrophie cornéenne, syndrome de l’oeil sec).

De plus, il est important d’informer votre ophtalmologiste si vous avez subi une blessure à un oeil ou si vous avez déjà été opéré aux yeux (exemple : KPR, kératotomie radiaire, LASIK, chirurgie de strabisme).

 

Avez-vous un « oeil paresseux » ?

L’oeil amblyope (ou paresseux) présente une vision faible qui ne peut être corrigée parfaitement par des lunettes ou lentilles cornéennes. Cette faiblesse visuelle est souvent présente à la naissance ou consécutive à un strabisme. La chirurgie au laser ne peut rendre à l’oeil paresseux une vision meilleure que celle qui peut être corrigée par des lentilles. De plus, si une complication chirurgicale survenait dans le bon oeil, la vision globale pourrait être affectée de façon irréversible. Votre cas devra donc être étudié avec attention par l’ophtalmologiste avant toute intervention.

 

Les contres-indications

La myopie doit être stabilisée et on n’opère jamais les yeux avant la fin de la croissance.

Les contre-indications absolues à l‘opération des yeux au laser sont exceptionnelles et seront dépistées par un interrogatoire et un examen très minutieux.

 

Il s’agit essentiellement du kératocône, maladie génétique qui se traduit par une déformation évolutive de la cornée, se dissimule souvent derrière une myopie le plus souvent associée à un astigmatisme en apparence banal. Il doit être dépisté à tout prix car, s’il était méconnu, une opération au laser aurait des conséquences souvent extrêmement fâcheuses avec un risque d’ectasie post-opératoire. La notion d’un astigmatisme évolutif, d’antécédents familiaux, et surtout l’examen topographique pré-opératoire (qui permet d’analyser la forme et le relief de la cornée) permettent la détection de cette maladie.

 

En cas de contre-indication à la chirurgie par laser, d’autres solutions peuvent-être envisagées (implants intraoculaires phaques par exemple)